Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 08:01

petitionnonsoc-300x229.jpgPlusieurs militants socialistes d’horizons divers ont lancé un appel pour défendre un “non socialiste au Medef” dans la bataille sur l’ANI.

Nous relayons ici cette pétition que vous pouvez signer également directement sur le site : http://nonsocialisteaumedef.tumblr.com/

Le gouvernement a examiné le 6 mars un projet de loi issu de l’accord minoritaire du 11 janvier 2013.

Dans cet avant projet :

  • le refus de mobilité deviendrait une cause de licenciement ;
  • un contrat intermittent serait créé alors qu’il faut, au contraire, renforcer le CDI ;
  • des accords d’entreprise pourraient imposer, sous peine de licenciement, la baisse des salaires et/ou l’augmentation du temps de travail en reprenant ainsi la loi du député UMP Warsmann ;
  • les licenciements économiques collectifs seraient plus faciles et plus rapides ;
  • l’inversion de la hiérarchie des normes permettrait que des accords d’entreprises soient moins favorables que le droit du travail ;
  • les recours au juge contre des licenciements collectifs, comme devant les prud’hommes, seraient limités.

Il faut renforcer les droits des salariés, pas les brader.

La gauche a été élue pour s’attaquer à la crise, faire reculer le chômage et la précarité au travail, interdire les licenciements boursiers, permettre la reprise d’entreprises vouées à la délocalisation ou à la fermeture. Ce sont ces lois protectrices qui sont attendues et rien d’autre. Il y a urgence pour les salariés, il y a urgence pour la gauche aussi.

La place de la gauche c’est d’être aux côtés des salariés contre les reculs sociaux, pour le progrès social et contre les exigences patronales et aux côtés de la jeunesse contre la précarité.

Nous continuerons notre action avec toutes celles et tous ceux qui refusent les reculs annoncés du droit du travail, qui veulent répondre aux urgences sociales et militent pour un emploi pour tous.

Amender le projet de loi, améliorer le Code du travail, écouter les syndicats majoritaires… il n’y a rien de plus urgent quand on est socialiste !

Pour renforcer les droits des salariés, le NON socialiste au Medef

Signez la pétition

Partager cet article

Repost 0

commentaires

HOURCADE patrick 18/03/2013 11:30

Bonjour, sous le prétexte de sécuriser l'emploi le gouvernement admet le recul social et la flexibilité, voulu par le medef.Le spd en Allemagne vire à gauche ,nous en France nous virons à droite ou
au centre.C'est à ne rien comprendre, ou alors il n'ont rien de socialiste.Des imposteurs ni plus ni moins. AS Patrick.