Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 18:35

vonews.fr - 21/05/2014

En septembre, les maires devront en théorie appliquer la réforme des rythmes scolaires dans leur commune. Pourtant, plusieurs élus valdoisiens ont déjà fait part de leur intention de ne pas appliquer la mesure, au grand dam du député Gérard Sebaoun.

Principale cible de l'élu, le sénateur maire d'Ermont, Hugues Portelli, dont le conseil municipal a annoncé, en avril dernier, la suspension de la réforme. «Le nouveau président de l’Union des Maires du Val d’Oise, Hugues Portelli, par ailleurs sénateur et professeur de droit, semble avoir délibérément choisi la voie de l’illégalité comme de nombreux maires de droite élus ou réélus», tacle Gérard Sebaoun, pour qui «la droite valdoisienne déclare la guerre à la réforme des rythmes scolaires».

Dénonçant une «posture politicienne», il met en avant «de nombreux travaux convergents» et «un consensus des parlementaires de tout bord» sur la question. A quelques mois de la rentrée, le député estime que les maires incriminés «prennent en otage les enfants, les parents et les personnels de l’Education Nationale».

Des réponses claires de l'Etat

Suite aux débats et aux interrogations formulées par les élus sur la réforme, Gérard Sebaoun assure que «le gouvernement a apporté deux réponses claires». «La première avec le financement, tant de l’Etat que de la Caisse des Allocations Familiales, couvrant en moyenne un peu plus de 50% des dépenses nouvelles liées à cette réforme, notamment celles des Temps d’Accueil Pédagogique», précise-t-il. La seconde, «avec le décret Hamon du 8 mai 2014» [qui prévoit un assouplissement de la réforme], ajoute-t-il. «Les communes volontaristes telles Gonesse, Cergy (expérimentation) ou Bessancourt ont ouvert la voie et réussi cette réforme dès 2013».

Le député appelle désormais les maires à saisir l’opportunité du Projet Educatif Territorial (PEDT) «au bénéfice de tous les élèves dans toutes les écoles».

Partager cet article

Repost 0
Published by MLG 95 - dans Education
commenter cet article

commentaires