Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 17:44
Mathieu Deslandes | Journaliste Rue89 - 7 mai 2012

 

Et maintenant, le gouvernement ! François Hollande a promis de constituer une équipe paritaire, constituée d’une quinzaine de grands pôles. Quelles femmes choisir ? Pendant la campagne de la primaire, les aubrystes avaient beaucoup répété que le député de Corrèze n’était pas l’ami des femmes. Qu’il avait du mal à travailler avec elles.

« Il avait une équipe très ramassée, et puis il était souvent entouré d’élus locaux sur les photos, c’est ce qui donnait cette impression », justifie Fleur Pellerin, responsable du pôle « société et économie numériques » au sein de l’équipe de campagne du nouveau Président.

« Et puis c’est vrai que beaucoup de femmes du PS avaient choisi Aubry ou Strauss. Mais il n’a pas de problème avec les femmes. Il traite vraiment les femmes comme les hommes. Il n’est pas du tout macho, ne considère pas son genre comme un attribut de puissance. »

Hormis Ségolène Royal, qui rêve de la présidence de l’Assemblée nationale, quelles femmes compteront ? Les solférinologues s’accordent sur quelques noms. Apprenez à les connaître.

1- Les jospinettes

Elles ont déjà été ministres.

 

  • Martine Aubry en 2011 (Audrey Cerdan/Rue89)

    Martine Aubry. Elle estime avoir accompli sa mission à la tête du PS et veut passer à autre chose. Mais si elle n’est pas Premier ministre, acceptera-t-elle d’être moins que ce qu’elle a déjà été (numéro 2 du gouvernement) ? 

  • Catherine Trautmann. Peu de gens connaissent aussi bien qu’elle les questions européennes.

  • Elisabeth Guigou. Ex-Garde des sceaux, elle reste une protégée de Jospin.
  • Marylise Lebranchu. Ex-Garde des sceaux, c’est une grande copine d’Aubry.
2- Les révélations

La campagne leur a servi de tremplin.

 


  • Najat Vallaud-Belkacem (Audrey Cerdan/Rue89)

    Najat Vallaud-Belkacem. Elle était l’une des quatre porte-parole de la campagne.

  • Aurélie Filippetti. Elle s’est occupée des questions culturelles et a animé bon nombre de meetings.
  • Fleur Pellerin. Madame numérique peut aussi bénéficier de la volonté de François Hollande d’avoir un gouvernement composé de personnalités d’origines diverses, qui « ressemble à la France ».
  • Valérie Fourneyron. La députée-maire de Rouen est citée comme possible ministre des Sports.
3- Les bûcheuses

Leur atout : la maîtrise de leurs dossiers.

 


  • Marisol Touraine (Photo de son compte Twitter)

    Marisol Touraine. La députée d’Indre-et-Loire est incontournable sur les affaires sociales.

  • Catherine Lemorton. La députée de la Haute-Garonne est incontournable sur la santé et la sécurité sociale.
  • Delphine Batho. Porte-parole de François Hollande, proche de Royal, la députée des Deux-Sèvres est passionnée par les questions de sécurité.
4- Les quinquas

Elles étaient trop jeunes en 1997 pour accéder aux responsabilités.

 


  • Adeline Hazan (Photo de son compte Twitter)

    Adeline Hazan. La maire de Reims est proche d’Aubry. Elle a été juge des enfants et a travaillé notamment sur des dossiers de politique de la ville.

  • Anne Hidalgo. Première adjointe de Bertrand Delanoë à Paris.
  • Laurence Rossignol. Sénatrice de l’Oise. L’environnement et le féminisme comme tropismes.
  • Marie-Pierre de La Gontrie. conseillère de Paris. Au PS, elle s’occupe des libertés publiques.
5- Les amies vertes

Les alliées d’EELV – Les Verts.

 


  • Cécile Duflot (Audrey Cerdan/Rue89)

    Cécile Duflot. Entrer au gouvernement ou chef d’un groupe écolo à l’Assemblée : deux postes intéressants.

  • Eva Joly. Candidate malheureuse à la présidence de la République, elle a dit qu’elle ne pourrait pas refuser le poste de Garde des sceaux si on le lui proposait.
6- Les espoirs

La nouvelle génération.

 

  • Mireille Le Corre. Spécialiste des questions de lutte contre les discriminations.

  • Laurianne Deniaud. Conseillère jeunesse de François Hollande.
  • Charlotte Brun. Elle travaille sur les questions liées à la famille.
  • Nathalie Perrin-Gilbert. Responsable du dossier logement au PS.

Partager cet article

Repost 0

commentaires