Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 22:00

logoUMA95La gauche a gagné l'élection présidentielle. La gauche a remporté les élections législatives et ainsi les Français ont offert au Président de la République une majorité pour mettre en œuvre le changement qu'il a promis.

François Hollande a fait des promesses (très) raisonnables, dira-t-on ; François Hollande a également fait des propositions qui font débat à gauche comme le retour à l'équilibre budgétaire en 2017 et son contrat de génération. Malgré cela, les attentes sont immenses dans un pays tant abimé par 10 ans de gouvernements conservateurs, dont 5 de sarkozysme.

La victoire à la présidentielle était un marchepied indispensable pour espérer transformer le pays et l'Europe. Sans la conquête démocratique du pouvoir, il n'y avait pas d'horizon du changement contrairement à ce que croit l'extrême gauche. C'est pourquoi même le groupe parlementaire du Front de Gauche a décidé de se situer dans la majorité parlementaire, dans une posture critique évidemment, mais pas dans l'opposition.

En 1936, arrivant pour la première fois au pouvoir, quelques responsables socialistes s'étaient dits "enfin, les difficultés commencent". Nous ne sommes plus dans le même contexte, la gauche – localement et nationalement – est une habituée du pouvoir, même si elle en a été écartée nationalement pendant 10 ans. Dans ce cas, Martine Aubry a raison de dire "non, ce ne sont pas les difficultés qui commencent, mais les solutions qui arrivent". Les solutions arrivent parce que les socialistes ont travaillé pendant 3 ans à un projet alternatif au sarkozysme et au lepénisme ; mais toutes les solutions ne sont pas encore là car la complexité de notre monde est profonde et parce que des propositions du projet socialiste n'ont pas été reprises dans le projet présidentiel.

nouveau-logo-psDans ces conditions, le congrès du Parti Socialiste – au sein des débats de toute la gauche – qui se tiendra cet automne est essentiel. Ces débats ne peuvent pas se limiter à savoir si une génération va succéder à une autre, si de jeunes vizirs vont remplacer de vieux califes, bien au chaud au Sénat ou à l'Assemblée ; le renouvellement politique qui peut profiter au pays ne serait qu'un paravent pour masquer un nouveau caporalisme s'il s'agissait uniquement de changer quelques têtes pour que celles-ci se contentent de débiter quelques évidences généralistes, sans aspérités, se contentant d'espérer, en devenant des porte-paroles du gouvernement, qu'ils s'ouvriront une carrière politique.

Le Parti Socialiste a souffert entre 1997 et 2002 de ne pas savoir faire vivre le débat et la diversité politique en son sein, de ne pas préparer le renouvellement des propositions, de ne pas s'interroger sur les défis politiques nationaux, européens et internationaux qui attendaient la gauche. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire un congrès en catimini, au cours duquel les débats qui nous traversent seraient abordés en quelques jours. Nous avons besoin d'un parti de débat qui ne soit pas atone sous prétexte de ne pas gêner le gouvernement.

Plusieurs débats incontournables doivent donc être abordés lors du congrès du PS, ce qui invalide par avance toute idée de motion unique qui serait un préalable irrépressible au rassemblement des socialistes et de la gauche.

Voici les débats que nous devons animer :

imagetodd380-2.jpgRemettre l'économie au service de la société :

  • Le PS a ouvert une réflexion sur le "Juste échange", concept qui a commencé à irriguer les débats entre sociaux-démocrates européens, il est désormais indispensable de dépasser réellement les axiomes éculés du libre-échange ;
  • François Hollande le disait lui-même l'austérité ne peut être l'horizon donné à nos citoyens, mais alors quelle alternative politique économique et financière mettre en œuvre alors même que le nouveau ministre de l'économie s'apprête à faire des propositions assez classiques en la matière ?
  • L’échec de l’organisation d’un système productif soumis aux seuls marchés réhabilite le rôle de la puissance publique. Pour la restauration économique, la création du ministère du "redressement productif" est un signe encourageant, mais c'est encore un concept de politique industrielle à rendre concret ;
  • Le service public doit être rétabli dans sa puissance légitime pour garantir l’égalité pour tous et un véritable exercice de nos droits sur l’ensemble du territoire : nous ne pouvons pas éluder la question du statut de La Poste ou de la SNCF, ou encore la question d'un pôle public de l'énergie.

salaires_291.jpgLa solidarité et la justice comme boussole :

  • les salaires (SMIC, plafond dans le privé, échelle des salaires), les droits des salariés et les conditions de travail ne doivent plus être un sujet tabou ;
  • le droit à partir à la retraite à 60 ans, au-delà du décret pris immédiatement pour l'autoriser à ceux qui avaient 41 annuités, doit devenir effectif pour tous et la négociation sociale doit permettre d'avancer dans ce sens ;
  • en termes de droit, de santé, de sécurité, d'immigration, d'éducation, c'est la justice et la portée des valeurs républicaines qui doivent reprendre le dessus, comme cela était proposé lors de la convention nationale « Pour l'égalité réelle ».

etudiants1.jpgÊtre à la hauteur pour l’éducation et la jeunesse :

  • Il faudra recruter de manière effective 60 000 personnels dans l’éducation nationale et l’enseignement supérieur durant le quinquennat, en parallèle d’une réforme éducative de fond qui remette l’élève au cœur à travers le suivi individualisé et de nouveaux rythmes scolaires ;
  • La formation professionnelle des enseignants est à reconstruire dans les nouvelles Écoles supérieures du professorat et de l’éducation, avec un pré-recrutement dès la licence ;
  • L’autonomie de la jeunesse passe par la mise en œuvre rapide de l’allocation d’étude et de formation intégrée au parcours d’autonomie dans le projet de François Hollande, celle-ci devra être individualisée selon la situation de chaque jeune et non celle de sa famille et d’un montant suffisant pour pouvoir vivre et se former sans être en même temps salarié ;
  • C’est bien 300 000 emplois d’avenir qui devront être mis en place sur le modèle des emplois-jeunes, pour contribuer à la fois à la relance économique et à la dynamisation du secteur associatif en donnant une première expérience professionnelle à des jeunes jusqu’ici exclus de l’emploi.

euro-manifestation.jpgRéorienter la construction européenne :

  • Nous devons reprendre le chemin vers une Europe démocratique et sociale : protectionnisme européen intelligent, mutualisation des dettes, modification des statuts de la Banque Centrale Européenne ou possibilité pour le Parlement Européen de modifier facilement ses statuts, légitimité démocratique de la commission, relance européenne, eurobonds, un Parlement Européen représentant la souveraineté populaire européenne...
  • Cela commence par la nécessité de soumettre à référendum le nouveau Traité européen, si jamais il avait été renégocié après les propositions de François Hollande (dans le cas contraire, il serait hors de question de rentrer dans une procédure de ratification).

Renforcer notre culture démocratique :

  • il est temps de reprendre le chemin pour une VIe République parlementaire et primo-ministérielle, sujet qui semble avoir disparu de nos échanges. Nous devons aussi entamer une réelle rénovation démocratique consolidée et approfondie des pratiques politiques et il faudra être particulièrement ferme sur la question du cumul des mandats ;
  • nous ne pouvons plus revivre les épisodes scandaleux qui ont terni l'image du PS dans l'Hérault, les Bouches-du-Rhône ou le Pas-de-Calais et nous devons prévenir tout comportement semblable ailleurs. La moralisation de la vie politique française (95 % de nos élus sont honnêtes) doit être une des priorités de nos mandats ;
  • universitepopulaire.jpgl'éducation populaire doit devenir centrale dans notre vision et nos actions politiques :
    • non seulement, au niveau du Parti Socialiste en permettant un accès massif de nouveaux militants à notre organisation : pour cela, nous avons besoin d'une véritable formation des adhérents du PS, qui autorise enfin de véritables débats, quelles que soient les origines sociales des militants. Le PS a besoin d'une université populaire ;
    • l'éducation populaire, c'est aussi favoriser l'accès au civisme et à la culture pour tous, sans démagogie, sans élitisme prétentieux, sans communautarisme. Pour cela, nous devons donner les moyens aux associations d'éducation populaire, aux associations socio-culturelles, aux maisons de quartiers, qui font un travail monumental dans les quartiers populaires. Pour cela, il faut garantir aux collectivités locales les moyens de poursuivre leurs actions et d'être ambitieuses en termes de politiques culturelles et d'éducation civique, et pour permettre à certaines de sortir de la facilité et de la « culture TF1 ».

republique.jpgRaffermir la République : Comment construire une « gauche populaire » ?

  • L'abstention est massive dans les classes populaires, quelles que soient leurs origines géographiques ou culturelles, alors que les privilégiés adoptent avec constance un "vote de classe" pour défendre leurs intérêts. Cette abstention massive rend peu opérants les discours analysant ces élections comme une reconquête de l'électorat populaire par le Front de Gauche ou le PS ;
  • Dans le même temps, la structuration et la consolidation du vote FN notamment dans ces catégories de population nécessitent d'apporter des réponses aux angoisses des Français sans jamais céder sur les valeurs républicaines et sans jamais tomber dans le piège de l'instrumentalisation de l'insécurité ou de l'immigration ;
  • Il faut trouver une alternative qui fasse pièce aux discours ethnicisants frontistes, sarkozystes, d'un côté, et ceux de Terra Nova de l'autre, pour ne chercher qu'une seule chose : rassembler les Français en fonction de leurs intérêts économiques et sociaux et de l'égalité d'accès aux services publics, sur tout le territoire. Bref dans un discours républicain intégrateur.

bastille victoire gaucheRaffermir le rassemblement à gauche :

  • Le mirage de l'alliance centriste s'est éloigné en même temps que le naufrage de François Bayrou. Les élus centristes sont en train de se recomposer en binôme plus ou moins dépendant d'une UMP post-sarkozyste qui se cherche entre fidélité à la République et tentation frontiste ;
  • Mais le PS aurait tort de sombrer dans la suffisance et l'hégémonie. Le score de Jean-Luc Mélenchon a démontré qu'il existait un espace politique pour une gauche radicale et démocratique, qui malgré ses critiques (parfois justifiées) vis-à-vis du PS ne manque pas à la gauche. Il n'est pas non plus question de remettre en cause l'accord patiemment élaboré avec Europe Écologie - Les Verts qui donne une coloration riche à la nouvelle majorité parlementaire et qui doit nous rappeler que hors des élections présidentielles l'audience politique des écologistes est désormais très large dans de nombreux territoires ;
  • À nous de consolider le rassemblement de la gauche, en entretenant un débat franc et ouvert avec chacun de nos véritables partenaires, en organisant des convergences politiques et programmatiques avec eux et également en améliorant les modes de représentations politiques de nos concitoyens.

internationale-socialiste-web.jpgL'organisation socialiste européenne et internationale :

  • Le PSE doit faire face à la crise de l'Union européenne et la déshérence d'un de ses membres – le PASOK – sous l'effet des diktats des conservateurs européens. La clarification politique entamée par le PSE sous l'impulsion de son ancien président Poul Nyrup Rassmussen n'a pas atteint le groupe Socialistes & Démocrates au Parlement européen, où nos camarades poursuivent la cogestion avec les conservateurs ;
  • L'Internationale Socialiste n'a pas d'orientation claire ; son organisation est vérolée par la présence de partis qui n'ont plus rien de socialistes, alors qu'il a fallu exclure en catastrophe sous la pression légitime des "printemps arabes" le RCD de Ben Ali et de RND de Moubarak en 2011 !?! Tout cela doit être remis sur la table pour que l'action internationale et européenne des socialistes s'ouvre à de véritables organisations progressistes capables de penser la transformation sociale à l'échelle globale, et que nous devenions collectivement capables de dialoguer avec ONG et partenaires sociaux afin de bâtir un monde plus équitable et plus vivable.

* * * * *

photo-vote-congres-reims-20081106-500x375.jpgSur ces bases, nous comptons bien prendre toute notre part au congrès du Parti Socialiste. Nous agirons pour que, malgré un calendrier contraint et choisi pour limiter les débats, les militants socialistes abordent réellement les questions importantes qui sont devant eux.

Avec d'autres camarades, nous déposerons une contribution générale début juillet que nous vous transmettrons pour que vous vous prépariez pendant l'été aux débats qui, dès la rentrée, vous permettrons de choisir l'orientation politique et les dirigeants du Parti.

Les militants d' "Un Monde d'Avance Val-d'Oise"

Partager cet article

Repost 0
Published by Rlg 95 - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires