Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 13:18

contrib 10-09-2012 2Le lundi 8 septembre, à Cergy dans les locaux de la fédération du Val-d'Oise du Parti Socialiste, Adélaïde Piazzi présentait la contribution générale "Le temps de la gauche"

Le temps de la gauche est donc revenu.

Bien au-delà des signataires de cette contribution (Marie-Noëlle Lienemann, Jérôme Guedj, Emmanuel Maurel, Marianne Louis), je pense que nous avons pour beaucoup ici présent à l’esprit, que cette fois aucune erreur, aucune faiblesse ne nous sera permise et surtout, que les conséquences en seraient irrémédiables.

contrib 10-09-2012 7Car dans ce cas, ça n’est pas l’alternance qui se jouerait, ça n’est pas non plus l’accession  à des idées plus radicales que celles que nous pouvons exprimer, mais le danger serait bien du côté de l’extrême droite.

C’est pourquoi il nous faut un Congrès utile en ce qu’il répondra, à cette question : Quel rôle pour le PS et les militants quand l’un des nôtres est devenu Président de la République ?

Le faire réussir, bien sûr ! Réussite qui passe par la réalisation des attentes des citoyens. « Le changement c’est maintenant » avons-nous proclamer avec lui, il faut maintenant le décliner à l’échelle internationale comme sur notre territoire.

I/ Nous n’avons pas renoncé à changer le monde :

A/ Par une réorientation de l’Europe :

Parce qu’avec les 1ères avancées marquées par notre président et l’appui des dirigeants dont les populations souffrent plus cruellement des plans de rigueur qui leur sont imposés, il a marqué le début d’un processus qui par définition attend sa suite.

Il ne faudrait donc pas aujourd’hui alors que nous sommes à la croisée des chemins, taire nos exigences relatives à la relance de la croissance. Nous ne pouvons par exemple, pas voter en l’état le Traité Merkozy : la régle d’or qu’il impose marque l’abdication absolue du politique face aux marchés.

Ceux là même qui nous ont conduits à cette crise auraient ainsi bouclé leur objectif.

Oui il faut re négocier ce traité, renouer un pacte de confiance entre les français et l’europe en receuillant ( cette fois, leur adhésion.

B/ Changer le monde

Par une remise en cause de la mondialisation libérale.

Une prise en compte de l’écologie par de nouvelles formes de planifications, une mobilisation autour de grands défis d’avenir, une ré orientation de nos comportements consuméristes.

L’instauration d’une régie publique de l’eau comme certains élus l’ont déjà lancé sur leur territoire, la création d’un service public autour des énergies.

II/ Nous voulons le changement en France :

contrib 10-09-2012 6Parlons salaires à l’heure où la répartition entre capital et travail se dégrade, faisons du recul de la précarité et du nombre de travailleurs pauvres un indicateur majeur de réussite de notre politique !

Démocratie dans l’entreprise par une meilleure association des salariés aux décisions, un réel pouvoir dans les CA
Les relations de travail sont par essence conflictuelles, le rôle des pouvoirs publics doit donc être d’organiser un cadre démocratique autour de cette confrontation.

Jérôme Haine présentait également le même soir la contribution générale "Réaliser le changement", déposée par Un Monde d'Avance

Dans certains cas la puissance publique devrait pouvoir rentrer dans le capital de ces entreprises menacées de disparition, pour sauver des emplois.

Il faut poursuivre la réforme globale de la fiscalité tel qu’envisagée par François Hollande et pour cela l’appuyer en dénonçant les déserteurs (actualité Libération/Arnault).

Passer enfin d’une fiscalité régressive à une fiscalité intégralement progressive. Promouvons l’intégration européenne de la fiscalité pour stopper la concurrence fiscale et sociale.

Le changement en France passera par un Etat fort pour une société plus juste : Au cœur de cet objectif la réhabilitation et le renforcement des services publics qui font vivre la solidarité sur nos territoires. L’Education nationale, bien sûr mais aussi les hôpitaux, l’université, la recherche…

Il faut étendre ceux-ci dans le domaine du logement, de la petite enfance, de la prise en charge de la dépendance
Des secteurs particulièrement sensibles en période de crise.

Un moratoire et une nouvelle politique de la gestion des services publics doivent être décidés.

Un Etat au service de la ré industrialisation et du redressement économique par uen stratégie offensive avec l’organisation de filières, la création d’une banque publique d’investissement en charge de soutenir ces desseins.

Une stratégie défensive pour ce redressement avec des lois contre les licenciements abusifs, lois sur l’obligation de reprise... Un co pilotage de veille industrielle Etat/Régions...

contrib 10-09-2012 8Enfin nous ne ferons pas le changement en France sans une réforme radicale de nos institutions maintenant que nous avons la majorité dans les deux assemblées !

Un parlement fort car le cœur battant de notre démocratie, des parlementaires réhabilité par l’application stricte du non cumul des mandats et plus rep)résentatifs, avec un système de double vote tel qu’il sévit en Allemagne où nos voisins élisent la moitié de leurs députés au scrutin majoritaire, l’autre moitié à la proportionnelle.

Voici des sujets sur lesquels notre parti doit débattre lors de son congrès et trancher.

A l’heure où l’UMP se montre incapable d’animer le débat politique à l’occasion de l’election de leur nouveau chef de file, dans la lignée des primaires souhaitons nous un parti socialiste innovant, volontaire…Un Parti utile !

 

Léo Moreau, Animateur fédéral du Mouvement

des Jeunes Socialistes du Val-d'Oise, présentait

la contribution thématique déposée par le MJS

Partager cet article

Repost 0
Published by Adélaïde Piazzi - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires