Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 16:12

Le Monde Magazine - samedi 13  octobre 2012

POLITIQUE

Portrait-Emmanuel-Monde-Mag.JPGEmmanuel Maurel, nouvel ailier gauche. Il a repris le flambeau de Benoît Hamon, entré au gouvernement. Et compte bien faire entendre sa motion au congrès du PS, à Toulouse.

D’Emmanuel Maurel, ses camarades socialistes n’oublient jamais de rappeler qu’il est, avec un certain Jean-Marc Ayrault, « un des derniers poperenistes du parti ». Ce qui ne rajeunira personne.

L’intéressé, auteur de Jean Poperen, une vie à gauche (éd. L’Encyclopédie du socialisme), assume l’héritage de cet ancien communiste passé au PS, disparu en 1997. Numéro 2 du parti pendant le premier septennat mitterrandien, il avait été ministre de Michel Rocard qui fut longtemps son adversaire. Emmanuel Maurel, 39 ans, premier signataire de la motion 3 « Maintenant la gauche ! » apparaît à ce titre comme le nouveau porte-drapeau de l’aile gauche du parti qui tiendra son congrès à Toulouse, du 26 au 28 octobre. Le vice-président de la région Ile-de-France, qui découvre l’exposition médiatique, dit s’entendre « aussi bien avec François Hollande, Jean-Marc Ayrault qu’avec Martine Aubry ». Il souhaite aussi que le PS « discute » avec le Front de gauche de Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Maurel a repris le flambeau de Benoît Hamon, jusqu’alors leader du courant mais devenu ministre et parti rejoindre la motion de la direction mitonnée par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault. Maurel nouveau gardien de l’étage gauchiste de la « vieille maison » socialiste ? « Notre motion n’est pas très à gauche, je suis un socialiste raisonnable : notre fil rose, c’est la redistribution des richesses au profit du travail », assure, entre deux bouffées de cigarette roulée, l’impétrant. Il ose quand même parler de « nationalisation », comme au bon vieux temps du Programme commun, et n’a pas de mots assez durs contre le traité budgétaire européen ou l’objectif de réduction des déficits à 3 % du PIB.

Le jeune et plus médiatique Jérôme Guedj aurait pu être choisi pour conduire la motion. Contre toute attente, c’est le discret Maurel qui a été désigné car « il offre moins d’angles d’attaque aux partisans de Benoît Hamon agacés par cette
manoeuvre », décrypte un spécialiste du PS. Certains esprits méfiants le soupçonnent de continuer à rouler en cachette pour Hamon.

Lui répond que leurs derniers échanges « corrects, mais virils » prouveraient plutôt le contraire. Convaincu d’être un « lanceur d’alerte constructif » au service de François Hollande, il parie sur un score supérieur à 10% au congrès de Toulouse.

Bastien Bonnefous

Partager cet article

Repost 0
Published by MLG 95 - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires