Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 15:16

10/05/10  - 13H55 - AFP

Le porte-parole du PS Benoît Hamon a jugé lundi que le plan de soutien à l'euro adopté dans la nuit à Bruxelles était "tardif et unijambiste", se félicitant cependant de ce "premier pas" fait.
"Mieux vaut tard que jamais. Notre sentiment est qu'un premier pas a été fait qui a besoin absolument d'être complété par une action énergique en matière de validation financière, et d'un changement durable de la gouvernance économique de la zone euro", a assuré M. Hamon, lors du point presse hebdomadaire au siège du PS.
"L'Europe ne peut passer son temps à construire des murailles pour endiguer les attaques spéculatives du marché", a-t-il affirmé.
Mais M. Hamon a fustigé un "plan tardif et unijambiste".
Le porte-parole a ainsi jugé "indispensable" de dépasser le pacte de stabilité et de croissance, "mis en échec comme instrument exclusif de gouvernance économique".
Par ailleurs, "l'Europe ne doit plus se conformer à une stricte discipline budgétaire mais se doter d'une stratégie budgétaire", a-t-il affirmé.
Il y a "nécessité de s'attaquer urgemment à la régulation financière", avec un "agenda beaucoup plus volontariste".
"Une fois de plus, les banques bénéficient de l'intervention de l'Etat", a-t-il déploré. "S'il existe un impératif moral, économique, une obligation pour le gouvernement, c'est celui de taxer les banques pour qu'elles contribuent à la réduction des déficits".
Pour lui, "deux tabous ont été levés par ce plan : l'Europe a mis en place des modes alternatifs de financement de la dette souveraine, en permettant à la BCE en dépit de ses statuts, de racheter la dette des Etats membres de la zone euro" et la création du Fonds d'assistance garanti par les Etats.
Il a rappelé que "dès le 10 février publiquement, dans une réunion des socialistes européens, le PS avait demandé qu'on exploite cette possiblité donnée par le Traité de Lisbonne".

Partager cet article

Repost 0
Published by Rlg 95 - dans Europe
commenter cet article

commentaires