Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 15:08

23 juillet 2014

Je suis triste, inquiète et j’enrage de voir la situation de notre pays. Les heurts et les violences qui accompagnent les protestations contre la guerre à Gaza viennent en écho à une crise profonde et multiforme. On a l’impression d’avoir déjà tout entendu à ce sujet : des bouleversements économiques, sociaux, écologiques, géostratégiques et culturels qui s’entrechoquent. La complexité du monde contemporain sert le plus souvent de prétexte à l’inaction et au fatalisme, quand on ne nous serine pas avec les pseudos « réformes » pour accélérer la plongée dans le conformisme de l’ordre dominant. La fermeté des mots, répétés de plus en plus machinalement, cache mal l’impuissance comme l’absence de vision d’avenir et de volonté pour l’engager.

Au fond le constat est simple, sévère, implacable : quand la Gauche ne défend plus les opprimés, elle s’affaiblit en plus de les affaiblir : ils cherchent des issues ailleurs. Si les inégalités s’accroissent, la Gauche perd son crédit et le fossé-voire les antagonismes- se creuse entre les catégories sociales qu’elle doit rassembler pour transformer l’ordre établi.drapeau françiq

Quand la France ne fédère plus autour des valeurs républicaines et ne leur donne pas corps dans le réel tout en se projetant dans l’avenir, le pays se raidit, doute de lui et se disloque. Les replis identitaires de tous poils s’exacerbent et les extrêmes hâtent les confrontations en tout genre.

Voilà fondamentalement où est le problème et où sont nos principaux enjeux.
Plus le temps passe, plus ce scénario se déroule et s’amplifie.

Ne faisons plus semblant de pouvoir sortir de cette spirale infernale sans des choix lourds, sans des ruptures !

Tous les mots ont été usés, bien usés et parfois galvaudés. Puisque nous fêtons l’anniversaire de l’assassinat de Jean Jaurès, nous pourrions parler du réformisme révolutionnaire qu’il prônait face à un monde chaotique et un capitalisme triomphant.

Aujourd’hui, tout est différent mais si ressemblant au fond.

Il faut agir vite mais il faudra beaucoup de persévérance avant d’inverser la logique à l’œuvre. Il faut des priorités à la hauteur de la gravité de la situation. Il faut des ruptures qui entraînent le plus grand nombre et non des coups de menton qui ne font que durcir les positions et accroître les tensions.

On le sait depuis longtemps, les tentations autoritaires refont surface pour masquer l’impuissance économique et sociale et surtout le mécontentement grandissant du peuple. Cela n’a jamais été une solution dans notre histoire, c’est même l’inverse.

De la même façon, qui peut croire que la perspective de réduire le déficit public à 3%, l’amélioration de quelques décimales des données économiques et du taux de chômage constituent des objectifs politiques et peuvent faire office de projet pour une grande nation comme la France ?

Notre pays a besoin de grandeur, d’ambition, de force et de cohésion. Elle a besoin de retrouver l’épopée républicaine que le libéralisme a voulu stopper net. Tout ce qui fait les fondamentaux de notre pays et de notre modèle républicain est contesté, condamné et percuté par les principes libéraux et les tenants de globalisation actuelle, à savoir la souveraineté populaire, le refus des droits divins- hier du roi, aujourd’hui des marchés-, le rôle de l’État incarnant l’intérêt général, les services publics, la mutualisation des risques et bien sûr la devise républicaine avec cette égalité honnie des libéraux et la fraternité au mieux réduite à la charité Sans parler de la laïcité qui est mise à mal et risque de reculer à chaque instant dans notre pays comme ailleurs tant elle est confrontée aux théoriciens du choc des civilisations, de la guerre entre le bien et le mal et aux communautaristes.

Alors si nous n’assumons pas réellement une voie singulière et, d’une certaine façon, de résistance à l’air du temps, à la domination de ce modèle qui cherche à s’imposer partout sur la planète mais qui, de fait, n’y arrive pas, nous allons connaître beaucoup de déconvenues.

Soyons nous-même et défendons l’universalisme issu des lumières qui est, au fond, aux antipodes de cet occidentalisme présenté comme une évidence, comme la parade aux invasions barbares.
Chaque fois qu’on propose une voie singulière, on nous rétorque qu’elle est impossible car les autres européens n’en veulent pas, qu’il faut se fondre dans un ensemble plus vaste pour compter dans la mondialisation. Mais pour quoi comptons nous dans ce vaste libre marché ? Quelle force économique en avons-nous tiré ? Quelles avancées tangibles pour notre peuple avons-nous gagnées ? Poser la question, c’est déjà y répondre. Rien de fort ou de significatif ne nous vient spontanément à l’esprit

Lorsque la France  marque les esprits sur la scène mondiale, c’est par son siège à l’ONU, par ses positions singulières, sa diplomatie autonome et l’intervention de son armée.

Assumer une voie singulière, ce n’est pas sortir du concert des nations, c’est même tout l’inverse : c’est y rentrer de plain-pied. Surtout quand sous nos yeux, le continent latino-américain ou les Brics s’organisent pour se faire entendre et reforment, d’une autre façon, ce que jadis on appelait les non-alignés. La France était partenaire, interlocutrice de ces non-alignés car elle ne se résigne jamais à la domination d’une ou plusieurs puissances.

Assumer une voie singulière, c’est parler haut et fort pour dénoncer la mort de civils, de femmes et d’enfants que ce soit à Gaza ou sous les roquettes du Hamas. Assumer une voie singulière, c’est ne jamais admettre que tous les moyens sont justifiés pour défendre son territoire. C’est s’en tenir sans transiger au droit pour Israël d’avoir des frontières sûres et reconnues comme pour les Palestiniens d’avoir un État. Mais le respect du droit international par les deux parties ne souffre pas d’exception. Ce message fort de la France n’est plus réellement audible ni au Moyen Orient ni en France. Il est essentiel de retrouver ces positions claires qui rassemblent depuis très longtemps une grande majorité de Français.

Assumer une voie singulière, ce n’est pas sortir de l’Europe mais ne pas craindre de taper du poing sur la table pour créer les indispensables rapports de force pour la transformer. Au passage à 29 pays, qui peut imaginer que le projet européen puisse être comparable à ce qu’il était entre ses membres fondateurs ? L’élargissement sans fin aboutit inéluctablement à une dilution politique de l’Europe qui ne retrouvera une nouvelle jeunesse que si l’un de ses membres éminents, l’un des membres fondateurs, en l’occurrence la France, pose des actes imposant une réorientation.

Et là, la période s’y prête. Les Anglais sont tentés par la sortie, les europhobes progressent partout, la sortie de crise n’est toujours pas là et sa perspective semble plutôt s’éloigner. On peut quand même être étonné, voir même ulcéré de voir que l’arrivée de Matteo Renzi apparaît, aux yeux des médias européens, plus prometteuse de réorientation que l’élection de François Hollande. Certes, l’illusion sera de courte durée. Mais manifestement la posture mainte fois répétée par le Président conditionnant au respect des absurdes et dangereuses règles du pacte de stabilité et des 3%, la capacité de notre pays à se faire entendre et à peser sur les instances européennes constitue une faiblesse stratégique majeure. La France a d’abord un poids politique qui ne se mesure pas au trébuchet des statistiques financières du moment et surtout de critères qui ne peuvent aboutir qu’à sa fragilisation. Au passage, notre pays est contributeur net de l’Union et donc finance plus qu’il ne reçoit … Cessons de présenter les autres comme des payeurs et nous des assistés. Oui, assumons une voie singulière comme hier de Gaulle ou Thatcher qui n’ont pas craint de l’affirmer pour finalement, chacun a sa manière, se faire respecter et obtenir satisfaction.

Si j’insiste sur la manière dont la France doit se situer dans son environnement dans le monde, c’est parce qu’elle est directement liée à sa capacité d’engager en son sein la reconquête de son modèle républicain, de ses capacités productives, de la reconnaissance de tous ses citoyens et des travailleurs et le retour vers un plein emploi et le progrès social. Ce doit être notre cap et constituer l’absolue priorité, le reste est secondaire. Faire l’inverse serait continuer à plonger notre peuple dans une dépression collective qui tient tout autant de ses conditions objectives de vie que de l’incapacité à se projeter vers l’extérieur et à peser sur le cours du monde.

C’est dans ce sens que s’inscrivent les propositions pour un nouveau pacte majoritaire à Gauche présentées par Gauche Avenir

Mais une chose est certaine, les banlieues, les quartiers populaires, les jeunes, les ouvriers et les employés attendent qu’on cesse de les culpabiliser. Ils seraient chômeurs parce que mal formés, assistés par choix ou insuffisamment compétitifs, coûtant cher aux entreprises, suspects de manquer de patriotisme. C’est une ritournelle bien connue que la Droite a longtemps rabâché, imprimant un signal négatif sur les esprits inquiets devant les crises et un avenir qu’ils ne maîtrisent pas.

Mais là, qu’une partie de la Gauche s’y mette et soit incapable d’incarner à leur yeux le changement promis auquel ils ont aspiré, eux qui ont fait la victoire des gouvernants d’aujourd’hui est difficilement supportable.
Tous ont besoin de considération, de dignité, de soutien et d’une politique qui les place au cœur du redressement du pays, dans la justice. Le pays a besoin d’eux car ils font et sont l’avenir de la France. Alors, ils seront davantage les ambassadeurs convaincus de l’idéal émancipateur de notre République car les faits témoigneront de sa validité. Et c’est la meilleure, voire le seul antidote au basculement d’une partie, certes minoritaire mais dangereuse, prosélyte, vers des idéologies contraires à nos valeurs.
Je parle ici autant des idéologies d’extrême droite que de celles des intégristes religieux

En tout cas, ce peuple de banlieue, ce monde du travail, cette jeunesse en pleine incertitude ne se plaint pas tous les quarts d’heure comme Monsieur Gattaz le fait – et auquel le pouvoir accorde manifestement beaucoup de crédit – de l’insuffisance permanente des aides publiques à leur endroit. Ils pourraient pourtant légitimement le faire.

Retrouvons leur confiance en leur accordant la nôtre. Retrouvons-nous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie-Noëlle Lienemann - dans International
commenter cet article

commentaires