Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 14:06

banniere_convention_Europe_PS_2013.jpgLes militants socialistes votaient partout dans le pays et dans le Val-d'Oise jeudi 6 juin de 17h à 22h pour la convention "notre Europe" organisée par le Parti Socialiste pour définir ses orientations politiques un an avant les élections européennes, au moment où la nécessité de réorienter la construction européenne se fait plus que jamais sentir.

La gauche du PS avait déposé nationalement plusieurs amendements de fond afin de préciser le texte de la direction nationale du PS, qui restait flou sur des enjeux majeurs de la période :

1.       Le budget européen
Le compromis proposé par le Conseil européen est largement insuffisant pour faire face à la crise. Nous demandons aux parlementaires européens d’obtenir par leur vote la renégociation de ce compromis et d’exiger du Conseil un budget ambitieux. A termes, la construction d’une Europe de la croissance et de l’emploi implique la mise en place d’un vrai budget d’intégration solidaire, représentant au minimum 5% du PIB européen.

2.       La suspension du Pacte de stabilité
La priorité à la question sociale va de pair avec l’impératif de relance de l’économie. Le pacte de stabilité ne s’applique déjà plus sous la pression des faits – la récession – et de la réorientation de la politique européenne défendue par François Hollande. Il doit être maintenant suspendu. Les dépenses d’investissements doivent être exclues du calcul des déficits, son fonctionnement doit rejeter la logique de sanction et introduire celle de coopération. Le dogme du 3%, chiffre sans aucune valeur économique, doit être reconsidéré. Le calendrier de réduction des déficits, pour être réaliste, doit tenir compte du cycle économique et de la nécessité de lutter contre le chômage.

3.       L’accord de libre-échange transatlantique
Il faut suspendre les négociations pour un accord de libre-échange avec les États-Unis. La mise en œuvre de cet accord va à l’encontre du projet d’une Europe forte et indépendante dans un monde multipolaire. Ce serait en outre, diluer davantage les solidarités européennes dans un grand marché transatlantique. D’autres voies de coopération avec les États-Unis peuvent être promues mais l’accroissement du tout-concurrence n’est pas acceptable.

results_Argenteuil.png4.       La politique de l’Euro
Par la force des choses, le rôle de la BCE est devenu central pendant la crise. Pour autant, une réforme de la politique monétaire européenne et des statuts de la BCE est indispensable afin de faire de la croissance et de l’emploi des objectifs prioritaires. En outre, la BCE doit pouvoir prêter directement aux Etats-membres sans contreparties. Enfin, une politique de change doit être impulsée avec pour objectif de mettre fin à la politique de l’euro fort.

Les amendements déposés sur ces quatre sujets majeurs ont tous recueillis la majorité du vote des socialistes valdoisiens. Ils ont la majorité absolue dans 20 sections sur 52 et la majorité relative dans 5 à 7 autres sections.

"Maintenant la Gauche Val-d'Oise" se réjouit également que les délégués des sections réunis vendredi à Cergy en convention fédérale aient voté à l'unanimité la nécessité de la reconnaissance du caractère majoritaire des amendements qui ont recueillis plus de vote "POUR" que de votes "CONTRE", bien loin de l'interprétation (que nous espérons temporaire) mathématiquement erronée et politiquement intenable des dirigeants de la Rue de Solférino.

Maintenant la Gauche Val-d'Oise se réjouit de ses résultats et du discernements des militants socialistes valdoisiens, qui attendaient comme dans tous le pays un vrai débat démocratique et des propositions fortes pour sortir l'Europe de l'impasse libérale.

Frédéric FARAVEL
mandataire fédéral

923246_10200866643682452_1406494041_n.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires