Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 08:02

27 janvier 2014 - L'Humanité.fr

Jusqu'alors silencieux sur le sujet, Emmmanuel Maurel, l'un des leaders de l'aile gauche du PS, a appelé le Parti socialiste à "s'engager" et d'avancer des propositions au titre des contreparties au pacte de responsabilité proposé aux entreprises par François Hollande.

2014-01-27maurel.jpgLe membre du bureau national du PS n'est pas revenu, ce lundi sur RFI, sur le principe du Pacte de responsabbilité proposé par François Hollande visant à accorder plus de 30 milliards d'euros d'exemptions fiscales aux entreprises.  En revanche, selon lui, "l'enjeu aujourd'hui (...), c'est comment la gauche politique peut soutenir (...) les syndicats de salariés à arracher un certain nombre de contreparties et à obtenir un compromis qui soit favorable au monde du travail. C'est ça ce qui va se passer à partir d'aujourd'hui. Si la seule avancée du Pacte de responsabilité, entre guillemets, c'est une baisse massive du coût du travail sans aucune contrepartie pour les salariés, le compte n'y est pas".

Parler du capital

Le PS, a souligné Emmanuel Maurel, "doit s'engager résolument dans cette bataille et faire des propositions en termes de rémunérations, en termes d'embauches, en termes de conditions de travail, pour faire en sorte que ce soit un pacte de responsabilité digne de ce nom et qu'il y ait une sorte de donnant-donnant".

François Hollande, a-t-il déploré, "a été assez clair sur les avantages, il a été plutôt flou sur les contreparties". "On se focalise sur le coût du travail comme si c'était aujourd'hui le problème économique principal du pays", a-t-il développé.

"On aurait dû parler aussi un peu plus du capital. Il y a quelques décennies, les investissements des entreprises représentaient deux fois plus que les dividendes versés aux actionnaires. Aujourd'hui, c'est l'inverse (...) Le capital est sur-rémunéré. Il y a une pression de l'actionnariat sur les entreprises pour avoir des dividendes toujours plus importants", a-t-il accusé. "Cela aurait du être à l'ordre du jour."

Les syndicats à Solférino

Les réponses de Harlem Désir ne satisferont sans doute pas les attentes de son collègue socialiste. Evoquant sur RTL le pacte de responsabilité proposé par le président François Hollande aux entreprises, il a martelé: "Il faut un pacte patriotique et social pour l'emploi". Le premier secrétaire du PS a nnonce qu'il rencontrera "l'ensemble des organisations syndicales et nous ferons des propositions sur ce que doivent être les contreparties". Sans plus de détail.

Partager cet article

Repost 0

commentaires