Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 08:48

Libération - vendredi 8 février 2013 - 22h37

Interview . Emmanuel Maurel, animateur de l’aile gauche du PS, interpelle le gouvernement :

Recueilli par Lilian Alemagna

Après la motion, le courant. Avec ses camarades Jérôme Guedj, député de l’Essonne, et Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris, Emmanuel Maurel, vice-président du conseil régional d’Ile-de-France mais surtout principal animateur de l’aile gauche du Parti socialiste, réunit aujourd’hui à l’Assemblée nationale plus de 400 «cadres départementaux» afin de lancer leur courant «Maintenant la gauche».

Le challenger de Harlem Désir au congrès du Parti socialiste à Toulouse, en octobre, demande à François Hollande de tourner le dos aux politiques de rigueur. Il regrette également les montées de tensions actuelles entre les socialistes et leurs alliés communistes (Libération de vendredi).

Maurel Saint-Quentin 17-10-2012 ruePourquoi organisez-vous cette réunion ?

Notre courant a réussi à se structurer et nous lançons une campagne, au sein comme à l’extérieur du PS, intitulée «Et maintenant, le tournant de la relance». Devant le Parlement européen, François Hollande a expliqué qu’on devait ajuster nos objectifs en fonction de la conjoncture. Nous ne serons pas en mesure de tenir un déficit public de 3% du PIB en 2013. Assumons-le et constatons que les politiques de rigueur en Europe ne marchent pas. Passons au tournant de la relance. Débattons-en, à la fois dans le parti, avec nos partenaires de gauche et dans le cadre de notre club, Gauche avenir.

Que demandez-vous au gouvernement de Jean-Marc Ayrault ?

Nous lui demandons de rouvrir le débat sur la relance de l’investissement productif. Nous militons pour une meilleure dotation de la banque publique d’investissement [BPI], mais aussi pour un autre fléchage de l’argent accordé aux entreprises par le crédit d’impôt compétitivité emploi [CICE]. Personne ne peut comprendre que les entreprises qui licencient ou qui délocalisent puissent en profiter. On ne peut pas non plus préconiser la construction de logements sociaux et augmenter en même temps la TVA sur tout le bâtiment. Enfin, nous allons œuvrer pour que l’accord national interprofessionnel [l’ANI, sur la sécurisation de l’emploi, lire aussi page 18, ndlr] ne passe pas comme tel à l’Assemblée nationale.

Quel regard portez-vous sur les relations actuelles, tendues, entre le Parti socialiste et le Front de gauche ?

Il est normal qu’il y ait des débats, des divergences, des nuances… Mais nous ne pourrons pas réussir s’il n’y a pas de large rassemblement de la gauche. Le débat ne doit pas se transformer en tensions inutiles qui ne servent personne.

Partager cet article

Repost 0
Published by MLG 95 - dans Parti socialiste
commenter cet article

commentaires