Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 15:34

Blog "Rouges & verts" - Lemonde.fr - par Raphaëlle Besse Desmoulières - 8 mars 2013

Lienemann Maurel GuedjPetit à petit, les liens se resserrent entre le PCF et la gauche du PS. Une nouvelle étape vient d'être franchie. Deux communistes, membres de la direction du parti, ont récemment intégré le comité d'orientation de Gauche avenir, le club de Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice socialiste de Paris. Ce club, qui a pour but d'"agir pour l'unité de la gauche", réunit non seulement des socialistes comme Emmanuel Maurel, vice-président du conseil régional d'Ile-de-France, ou Paul Quilès, ancien ministre, mais aussi des personnalités politiques d'autres sensibilités, notamment écologistes.

Francis Parny, chargé des relations extérieures au PCF, et Marie-Pierre Vieu, chargée du Front de gauche, ont donc rejoint la cinquantaine de personnes qui composent ce comité d'orientation. M. Parny fait également partie du comité stratégique du club qui réunit une fois par mois la direction autour de Mme Lienemann. "Il y a toujours eu des communistes à Gauche avenir, souligne cette dernière. La différence, c'est que là, ce sont des proches de la direction alors qu'auparavant, c'étaient plus des électrons libres, ça crédibilise notre action unitaire."

"Construire une alternative"

Lienemann LaurentLe rapprochement avait été initié à la fin de l'année 2012. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, était l'un des invités, tout comme Martine Billard, coprésidente du Parti de gauche, du dernier "colloque unitaire" de Gauche avenir, organisé en décembre sur le thème de la "compétitivité, emploi et redressement industriel". Le n°1 communiste était aussi signataire mi-janvier, comme le président du groupe écologiste au Sénat Jean-Vincent Placé, d'un appel lancé par le club pour un taux réduit de TVA dans le logement social.

"L'intérêt de Gauche avenir est de pouvoir mettre ensemble de manière apaisée des gens de gauche qui partagent la même inquiétude vis-à-vis des options prises par le gouvernement et l'envie de mettre en place des initiatives qui puissent peser", explique Marie-Pierre Vieu, qui vient d'intégrer la direction resserrée du PCF et ne voulait justement pas rejoindre Gauche avenir à titre individuel.

Elle précise cependant que ce club est "un lieu de débat mais sans enjeu de recomposition". "On veut entretenir des relations avec tout le monde à gauche, ajoute Francis Parny. L'idée est de construire une alternative de gauche à cette politique avec tous ceux et celles qui veulent y contribuer et on ne veut pas limiter notre action au seul Front de gauche."

Ils ne sont d'ailleurs pas les seuls au Front de gauche à avoir rejoint Gauche avenir. Deux "ex" du Parti de gauche sont également présents au comité d'orientation : Claude Debons, qui a rejoint la Gauche unitaire, et Marc Dolez, député non encarté. D'autres sont en discussion. En revanche, aucun PG même si Mme Lienemann ne désespère pas d'en convaincre certains. "Je sais que ce n'est pas la peine de les mettre au pied du mur", glisse cette ancienne proche de Jean-Luc Mélenchon au PS.

Partager cet article

Repost 0

commentaires