Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 14:29

Jeudi 23 janvier 2014

Pour Maintenant La Gauche :

Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris et ancienne Vice-Présidente du Parlement Européen

Emmanuel Maurel, Candidat aux élections européennes et Vice-Président de la Région Île-de-France

Jérôme Guedj, Député et Président du Conseil Général de l’Essonne

1390661 10201999010448869 1924398699 nNous nous félicitons du rapport de force qu’a engagé publiquement Arnaud Montebourg avec le commissaire européen à la concurrence Joaquin Almunia au sujet du système des aides d’Etat.

Nous nous retrouvons pleinement dans son affirmation selon laquelle «les interprétations de la Commission Européenne ont instauré en Europe le système le plus rigide et contrôlé du monde».

Oui, la notification systématisée de toutes les aides d’Etat dès lors qu’elles dépassent 200 000 euros à la commission, seuil inchangé depuis 2006 et ne tenant pas compte de l’inflation, réduit à peau de chagrin la marge de manœuvre des pays européens pour aider leur économie. A force de rigidité idéologique poussée à l’extrême, le système actuel a provoqué plusieurs sinistres industriels et le recul des exportations de l’Union Européenne en produits manufacturés.

Force est de constater que cette question aurait dû faire l’objet d’un rapport de force global engagé par la France au moment de la renégociation du TSCG et ce au lendemain de l’élection de François Hollande. Il en va de la croissance, de l’emploi et de l’indispensable de la réorientation de l’UE.

Nous demandons au gouvernement français de mettre à l’agenda une feuille de route offensive qui doit constituer un mandat impératif pour la prochaine commission européenne. Cette feuille de route devra comporter un volet précis sur l’élargissement des capacités d’interventions publiques dans les entreprises européennes.

logo MLG 2-copie-2Avant même cette échéance, l’UE doit prendre toutes les initiatives pour compenser le retard pris avec les autres puissances mondiales dans le différentiel de production et stopper les négociations transatlantiques tant que n’en seront pas exclu les investissements et donc les aides publiques aux entreprises. On ne peut pas cibler d’un côté l’attitude de la commission sans refuser de l’autre de se lier les mains par ces négociations.

Ne nous laissons pas paralyser par les refus de la commission, ce sont les actes qui obligent au rapport de force et qui font bouger les lignes. Mieux vaut une condamnation hypothétique dans plusieurs années que la mort immédiate de nos entreprises.

Nous porterons ce sujet au cœur des élections européennes.

Partager cet article

Repost 0
Published by MLG 95 - dans Europe
commenter cet article

commentaires