Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 10:19
Hamon (PS) : «Je ne conçois aucune alliance avec le MoDem»

Le porte-parole du PS, qui s’est rapproché de Martine Aubry, rejette tout pacte électoral avec le MoDem de François Bayrou tant qu’il ne s’affichera pas à gauche.

 Propos recueillis par Eric Hacquemand pour Le Parisien | 22.08.2009, 07h00

Le porte-parole du PS, qui a perdu en juin son mandat de député européen, s’exprime pour la première fois après un été houleux pour les socialistes.

Quelle doit être la priorité du PS pour sa rentrée ?
Benoît Hamon : retrouver la crédibilité qu’il a perdue. Les Français savent que les choix du gouvernement ne régleront pas leurs problèmes, mais, hélas, ils ne pensent pas que nous ferions mieux. Notre défi, c’est d’installer de nouveau l’idée qu’une autre politique est possible en matière d’emploi, d’éducation ou de fiscalité. Car la crise n’explique pas tout. Des milliers de licenciements sont aussi le fait d’entreprises qui gagnent de l’argent. Or, le gouvernement n’a rien fait pour empêcher ces abus.

Croyez vous à un apaisement des esprits chez les socialistes ?
Une chose est claire : on ne pourra pas continuer longtemps sur le registre des six derniers mois. Quand on a une idée, mieux vaut la mettre au service du collectif que de chercher à en faire une publicité personnelle.

Certains réclament des primaires ouvertes à toute la gauche pour désigner le candidat à la présidentielle de 2012. Faut-il aller rapidement dans cette voie ?
Ce n’est pas une affaire de rythme. La question est : quelles sont les conditions que la gauche doit réunir pour battre Sarkozy en 2012 ? D’abord disposer d’un projet politique extrêmement clair rompant avec les choix de Sarkozy mais aussi avec les dérives libérales de la social-démocratie européenne. La deuxième condition, c’est l’unité de la gauche.
L’organisation de primaires peut permettre d’atteindre cet objectif. Ceci étant, le PS n’est pas sommé de résoudre la question du mode de sélection du prochain candidat dans les trois mois sous peine de disparaître.

Arnaud Montebourg menace de claquer la porte si ce projet devait être étouffé…
Ce n’est pas la bonne manière de procéder. Grâce à lui, l’idée des primaires a déjà fait un bon bout de chemin. Pour imposer l’idée définitivement, il faut maintenant démontrer que ce mode de désignation s’appuie sur une orientation qui enracine le PS à gauche et met fin à l’aventurisme électoral.

Vincent Peillon et d’autres remettent sur le tapis l’alliance avec le MoDem. Y êtes-vous toujours hostile ?
La question a été tranchée au congrès de Reims. La majorité autour de Martine Aubry s’est construite autour de la priorité au rassemblement de la gauche et du refus de toute alliance avec le MoDem. Si le MoDem fait des choix de fond qui l’amènent à se reconnaître dans notre famille politique, la gauche, il n’y aura pas de difficulté.
Mais tant qu’il garde son orientation libérale actuelle, je ne conçois aucune alliance nationale avec lui. Pas par sectarisme mais par cohérence politique.

Même au niveau régional ?
Pas d’alliance au niveau national mais dans les régions ? Les électeurs n’y comprendraient rien ! Arrêtons l’hypocrisie au PS ! Si certains sont en accord avec les orientations libérales, qu’ils le disent au lieu de prétexter vouloir garder des régions en s’alliant avec le MoDem. A chaque fois que le PS a été confus, il a perdu des électeurs.

Europe Ecologie et les Verts présenteront leur liste au premier tour…
Je respecte ce choix mais je le regrette. Tous ceux qui, d’Olivier Besancenot à Dany Cohn-Bendit, parlent du rassemblement de la gauche mais qui commencent par accentuer son morcellement en faisant bande à part nous éloignent de la victoire en 2012. L’électorat de gauche réclame l’unité à cor et à cri. A Nicolas Sarkozy qui réussit l’unité à droite et la complète même avec le ralliement de Philippe de Villiers et des chasseurs, la gauche oppose encore ses logiques partisanes. C’est d’autant plus désolant que les conseils régionaux sont depuis 2004 cogérés souvent de manière harmonieuse avec nos partenaires.

Martine Aubry a-t-elle raison de garder le silence malgré cette polyphonie ?
Oui. La rentrée de la première secrétaire, c’est La Rochelle. Martine Aubry n’a pas à s’aligner sur l’expression des courants plus ou moins minoritaires du PS.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rlg 95 - dans à Gauche...
commenter cet article

commentaires