Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 16:47

Le gouvernement est responsable de la montée de la radicalité

Posté par Benoît Hamon

Le gouvernement est responsable de la montée de la radicalité
PARIS (AFP) — Le porte-parole du Parti socialiste Benoît Hamon a accusé mercredi le gouvernement d’être "responsable de la montée de la radicalité du mécontentement" social.

"Nous réprouvons tous ces modes d’action qui consistent à dégrader les biens publics, mais nous disons au gouvernement qu’il est responsable d’une montée de la radicalité du mécontentement", a déclaré M. Hamon sur Europe 1.

"Je pense que le président de la République, plutôt de les dénoncer, serait bien inspiré de mettre en oeuvre des politiques sociales", a-t-il ajouté.

Pour M. Hamon, les salariés "ne comprennent pas que le gouvernement les abandonnent, qu’il les laisse à leur propre sort, face à des entreprises qui ont des comportements inadmissibles".

"A Continental, on fait des bénéfices et on délocalise à Timisoara, en Roumanie", a-t-il souligné.

Partager cet article

Repost 0

commentaires