Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 15:53
Utile à ton camp ? Posté par Pascal Cherki, secrétaire général de "un monde d'avance"

Je n’aime pas polémiquer avec les responsables des autres formations de la gauche et ce quelle que soit la taille de ces formations. Toute formation politique, même la plus petite, même si elle ne compte qu’une poignée de parlementaires, mérite le respect. J’aime en revanche la discussion politique fondée sur des raisonnements, eux-mêmes étayés par des arguments et exempte de toute attaque personnelle. C’est pourquoi j’ai été profondément déçu à la lecture de l’éditorial de ce jour publié par Jean-Luc Mélenchon sur son blog. Le titre, et cela n’aura échappé à personne, est une attaque directe contre le porte parole de notre parti, Benoît Hamon. Je pense qu’elle ne rehausse pas celui qui la formule.

La première partie de son éditorial est uniquement consacrée à la composition des listes aux élections européennes. J’avoue que ce n’est pas la partie qui m’a le plus intéressé. Peut-être est-ce un tropisme de ma part mais je préfère aborder les questions politiques d’abord sous l’angle des idées avant de la faire sous l’angle des personnes. Bien évidemment je conviens que l’on ne peut complètement détacher les idées des personnes susceptibles de les incarner, mais je n’inverse pas l’ordre des facteurs, question de culture politique sans doute. Néanmoins, et au risque de déplaire à Jean-Luc en le contredisant, je suis satisfait des listes de candidats que mon parti présentera aux élections européennes. Comme de coutume, des camarades de valeur, sortants ou non, ne seront pas à nos côtés dans ce combat. C’est le lot douloureux de cet exercice qui ne nous a pas épargnés quelque soit les courants qui composent notre formation.

Cependant nous avons réussi à assurer un bon renouvellement des candidates et des candidats socialistes et à promouvoir la diversité. Que Jean-Luc se rassure la gauche du PS est bien représentée, elle l’est à sa juste place puisque les listes ont été établies à la proportionnelle des courants. Pour ma part, je me réjouis que ce principe démocratique que nous avons tant revendiqué ces dernières années puisse enfin être mis en œuvre.

J’en viens au plus intéressant, le fond du débat celui qui cristallise à ce jour notre divergence. A la différence de Jean-Luc, j’affirme que nous avons élaboré un bon texte d’orientation politique. Jean-Luc y voit une ode au social libéralisme, c’est son droit. Il se trompe et se trompe lourdement. C’est même tout le contraire qui est affirmé dans ce texte. Ce texte affirme la nécessité de mettre un terme au compromis historique entre la social démocratie et la démocratie chrétienne qui a présidé jusqu’alors à la construction européenne. Ce texte appelle à la nécessite de réaliser l’harmonisation sociale et fiscale comme condition indispensable de la poursuite du projet européen et comme condition indispensable à l’arrêt des délocalisations intra européennes. Ce texte insiste sur la nécessaire remise à plat de la Stratégie de Lisbonne et sur la non moins nécessaire défense et promotion de nos industries traditionnelles. Ce texte insiste sur la vacuité des mécanismes libéraux tels que le pacte de stabilité ou l’interdiction des aides d’Etat. Ce texte affirme la nécessité de présenter un candidat socialiste à la présidence de la Commission et à la Présidence du Parlement européen. En fin de compte, ce texte est un bon texte politique en ce qu’il arrête de considérer l’Europe comme une abstraction totémique mais cherche au contraire à ancrer la construction européenne dans un combat gauche-droite clairement affirmé et assumé.

Jean-Luc se trompe quand il pense que le PS dérive à droite. C’est même le processus inverse qui a commencé depuis le dernier congrès. C’est pourquoi, comme Benoît, j’ai regretté son départ de notre parti effectué sur des bases erronées. Jean-Luc, il est temps que tu reviennes au PS, tu y as toute ta place et tu seras plus utile à ton camp politique qu’en maugréant de l’extérieur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Rlg 95 - dans à Gauche...
commenter cet article

commentaires