Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 09:58

Reuters le 11/05/2016 à 09:55

PARIS (Reuters) - Le chef de file des "frondeurs" socialistes, Christian Paul, a lancé mercredi un appel au rassemblement des élus de gauche sur une motion de censure contre le gouvernement et le projet de loi Travail mais a dit qu'il ne voterait pas la motion de la droite.

"Nous travaillons à rassembler des députés et je les appelle à être très nombreux (...) pour qu'il y ait en effet une motion des gauches", a-t-il déclaré à Europe 1. "Je pense qu'à situation exceptionnelle, et elle a été créée hier, il faut une réponse exceptionnelle".

Il faisait allusion à la décision du Premier ministre, Manuel Valls, d'engager la responsabilité du gouvernement sur le projet de loi réformant le marché du travail, faute d'avoir pu convaincre la quarantaine de contestataires du PS de le voter. Cette procédure exceptionnelle prévue par l'article 49-3 de la Constitution permet à un texte d'être réputé adopté s'il n'est pas sanctionné par une motion de censure.

Christian Paul a dénoncé une "double violence", contre la société avec ce projet de loi travail contesté par une partie de la gauche et des syndicats et contre la démocratie avec le recours au 49-3, "qui est l'arme des faibles".

Le chef de file du groupe Front de Gauche, le député communiste André Chassaigne, et l'écologiste Noël Mamère ont déclaré mardi que leurs amis politiques réfléchissaient à une motion de censure de gauche avec des élus socialistes.

Pour déposer une motion de censure, il faut au moins 58 députés signataires.

A droite, le groupe Les Républicains en association et celui de l'UDI (centriste) ont déposé leur propre motion de censure, qui sera soumise jeudi au vote.

Pour qu'une motion de censure soit votée, ce qui aboutit au renversement du gouvernement mais n'est arrivé qu'une fois sous la Ve République, en 1962, il faut 289 voix.

Christian Paul a cependant dit ne pas avoir envie de "joindre (sa) voix" à celles de la droite. "Il n'y a pas 289 députés qui soient prêt à voter ensemble", a-t-il dit.

"Nous allons rechercher une façon de rassembler la gauche", a-t-il ajouté. "Ça permettrait en effet au président de la République de considérer que ce gouvernement a beaucoup divisé la gauche, s'est éloigné des Français et qu'il est temps d'en changer."

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, a pour sa part déclaré à France Info ne pas concevoir que des députés PS puissent "dérouler le tapis rouge" à la droite en votant une motion de censure.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Christian Paul, député socialiste de la Nièvre, dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale

Christian Paul, député socialiste de la Nièvre, dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale

Partager cet article

Repost 0

commentaires