Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui sommes-nous ?

Le site Maintenant la Gauche Val-d'Oise rassemblait initialement les militants du Parti Socialiste qui se reconnaissaient dans le travail mené de puis l'autonome 2012 par "Maintenant la Gauche", le courant de gauche du PS, qui a présenté au vote des militants la motion 3 lors du congrès de Toulouse autour d'Emmanuel Maurel. Son périmètre s'est peu à peu élargi et a conduit à la présentation de la contribution générale "Le sursaut républicain : un coup de jeune pour le socialisme" pour le congrès de Poitiers. Depuis, notre site permet d'exprimer les positions des camarades valdoisiens rassemblés lors du congrès de Poitiers au sein de la motion B "à gauche pour gagner", dont le premier signataire proposé par Emmanuel Maurel, député européen, et Benoît Hamon, député des Yvelines, est Christian Paul, député de la Nièvre. 
Frédéric Faravel en est le mandataire départemental depuis 2012 ; Adélaïde Piazzi était notre candidate à l'élection du premier secrétaire fédéral du PS95 en 2012 et en 2015.

Recherche

17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 21:39
Pourquoi je soutiens la motion B - Marianne Bak - Ecouen

 

Pourquoi je soutiens la motion B

La correction des inégalités sociales est, selon moi, le fondement d'une politique de gauche. Or, depuis 2012, le gouvernement, en faisant le choix de favoriser fiscalement et sans contrepartie le patronat tout en baissant les dotations aux collectivités territoriales, accentue les inégalités dans les territoires.

Pour compenser cette baisse des dotations, il contraint les élus locaux à des choix budgétaires lourds de conséquences pour la population et les agents publics. En agissant ainsi, le gouvernement creuse l'écart entre les plus riches et les pauvres car ce sont les politiques publiques locales qui, souvent, compensent les effets d’une économie de plus en plus libérale.

Or, la baisse des recettes entraîne la baisse des dépenses qui se traduit par la diminution voire la suppression de services publics et par l'augmentation de la pression fiscale locale. Concrètement, cela veut dire : moins d’équipements (crèches, écoles…) et moins de services (aides à domicile pour les personnes dépendantes, d’accompagnement scolaire, culture…). Cela veut dire aussi des suppressions de poste d’agents publics.

Ce coup porté aux collectivités territoriales, qui œuvrent au quotidien au plus près des citoyens, est injuste socialement car, finalement, ce sont encore les ménages qui supporteront d'une manière ou d'une autre l'effort demandé.

Un effort partagé par les fonctionnaires, dont le point d’indice est gelé depuis 5 ans. Les gouvernements successifs en ont fait des boucs émissaires par pure démagogie, les accusant de tous les maux. Le gouvernement de gauche ne se comporte pas mieux envers ceux qui assurent des missions de service public dans des conditions difficiles et dans un contexte social compliqué. Subissant de plein fouet tous les effets des coupes budgétaires, la fonction publique territoriale est, aujourd’hui, un nid de souffrance où les politiques de santé au travail peinent à se mettre en place.

Depuis 30 ans, je suis engagée au Parti Socialiste pour défendre une société juste et égalitaire. Cette société ne peut exister que sur la base d’un service public fort et réaffirmé. Or, la politique menée et la réduction d’ici à 2017 de 50 milliards d’euros de dépenses publiques dont 11 milliards pour les collectivités territoriales va radicalement à l’encontre de ces valeurs.

Je soutiens la motion B parce qu’elle est fidèle à ces valeurs fondamentales de la gauche que sont le service public et la défense d’une société plus juste.

Marianne Bak

Adjointe au Maire (PS) d'Écouen

Partager cet article

Repost 0

commentaires